Besançon : Par manque de temps pour chercher, elle ne recouche qu’avec ses ex

Woman eating a delicious ice cream

Poste à responsabilité ne rime pas toujours avec “trop cool ma sexualité ! ”. Nous avons rencontré Ornella à la veille de ses 30 ans, dans son appartement spacieux et bien décoré : une femme qui n’a pas eu l’opportunité de coucher avec un nouvel homme depuis 5 ans !


C’est assise sur son tabouret haut qu’Ornella se rappelle avec volupté les temps d’opulence. A l’époque, elle ne se rendait pas compte du privilège qui régnait dans sa vie. “Chaque semaine au moins un nouveau type fourrait son nez dans ma petite culotte, j’avais une belle réputation vous savez. Je trouvais le temps d’apprendre leurs prénoms.”

Aujourd’hui manager dans une PME, Ornella n’a guère le temps de se consacrer à la recherche de nouvelles conquêtes. Depuis maintenant cinq ans, pas question de prendre le risque de rencontrer quelqu’un qui a un appartement trop sale, ou qui habite à plus de 5 km… Une personne qu’il va falloir séduire avant de mettre dans son lit. Alors la jeune femme ne revoit que ses ex : « tout le monde dit que c’est comme ravaler son vomi, mais c’est juste une exploration continuelle des choses qu’on connait déjà. Ca a même plutôt bon goût ».

Certains disent que c’est malsain; Ornella répond qu’elle sait maintenant parfaitement sur quels points son ex Etienne va lui détruire son estime d’elle-même. Une connaissance de ses partenaires qui lui permet une gestion parfaite de ses relations sexuelles.


Heureusement pour elle, 3 de ses ex sont plutôt « beaux goss ». Jean-Xavier est “ bien équipé” et Baptiste est assez disponible. “C’est comme manger de la pizza, je suis toujours contente, même si les ingrédients ne sont pas de première fraîcheur”.

Même avec son style de vie outsider, Ornella ne regrette rien. Allez les filles, on ouvre les fonds de tiroirs ?

PLUS LOIN ET MOINS BIEN SUR LE WEB
2 Commentaires
  1. D’un autre côté, si tu t’es déjà fait tous les mecs de ta ville, forcément tu retombes toujours sur un ex. À Besançon tu es sur une aire urbaine de 250 000 habitants. Pour une fille un peu gourmande ça limite tes possibilités de te faire déboucher.
    Ornella, tu viendrais à Paris où l’aire urbaine est de 12 500 000 habitants, cinquante fois plus, tu découvrirais des possibilités insoupçonnées !
    Le bonheur à moins de deux heures et demie de train ? Penses-y Ornella ! Fais vite avant que ta foufoune ne se craquelle comme un vieux bout de pain qui finit par moisir. Agis avant que ces ploucs ne gâchent ta sensualité torride !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>