Vécu : « J’ai fait l’erreur d’aller au bureau avec un legging orné de svastikas »

svastikas

Elodie travaille comme contrôleuse de gestion dans la même entreprise depuis maintenant 5 ans. Après tout ce temps, elle pensait qu’elle pouvait désormais s’habiller librement, sans être stigmatisée. La réaction de ses collègues ne fut pas celle espérée. Voici son histoire.





Tout était pourtant parti d’un simple constat : j’en avais marre d’être coincée dans le tryptique infernal PRJ (pantalon-robe-jupe). J’avais envie de me sentir libre de mettre ce que je voulais, quand je le voulais. Alors un mardi matin, début mars, je suis allée dans ma penderie et j’ai pris le premier vêtement qui passait. Ce serait celui là que je mettrais pour aller travailler. Et c’est tombé sur mon legging motif croix gammée.



Déjà, j’aurais dû me rendre compte de quelque chose dans les transports, sur la route du boulot. Tout le monde regardait mes jambes. Les hommes comme les femmes. Moi de mon côté je me disais : « Ce sont des porcs ! »





Quand je suis arrivée au bureau, ça a été encore pire. Tout le monde s’est mis à me fuir, malgré mon sourire, malgré la sympathie que j’ai essayé de dégager. Et pourquoi ? Pour un simple legging ! Pour deux malheureuses jambes un peu trop moulées pour le monde du travail.

Puis, à peine 30 minutes après mon arrivée dans les locaux, Laurent, mon patron, m’a convoquée dans son bureau. Là il s’est mis à baragouiner d’un air très gêné : « Euh Elo’, je veux pas te dire comment gérer ta vie privée ou comment t’habiller mais peut-être que tu devrais bosser depuis chez toi aujourd’hui. Ou alors prends une journée carrément ! »

Je lui demande alors ce que j’ai fait de mal, pourquoi je me retrouve écartée, exclue comme ça pour un simple vêtement. Et c’est là qu’il m’avoue enfin : « C’est pas qu’un vêtement Elo’, et même si je suis en accord avec les idées auxquelles il renvoie, je ne peux pas te laisser travailler ici comme ça ».

Que faire quand vous êtes confronté à une telle tolérance, à une pensée quasi fachiste ? Je n’allais pas travailler en culotte au travail ! Alors je suis rentrée chez moi et j’ai pleuré, encore et encore. Mon T-shirt à l’effigie de Staline en était trempé.

Depuis cet incident, je songe à quitter mon travail et à trouver une entreprise où je ne serais pas pointée du doigt pour un banal legging plein de croix gammées. Mais est-ce qu’une entreprise comme celle-là existe ? Je l’espère.

PLUS LOIN ET MOINS BIEN SUR LE WEB
5 Commentaires
  1. Je crois que ca existe en France et les pays sur quels L’alemande avait conquerit. L’incidence que vous avez affronte est a cause de la pire ancienne. Vous devrez bien savoir que la symbole de svastik etait utilise pas l’alemande.

  2. C’est vrai quoi. Si on ne peut plus véhiculer librement son allégeance à une idéologie fasciste qui incite au génocide et à la suprématie d’une communauté au dessus de toutes les autres, qu’en est-il de notre liberté de conscience?
    (J’y vais sinon je vais en foutre partout :-###)

  3. C’est marrant c’est toujours les nazis qui ont le mauvais rôle. Nous sommes en 2016 quand même. On peut avoir une deuxième chance ? Merci.

  4. Je suis architecte et, depuis quelques années, je n’ai plus sur mes chantiers que des entreprises Allemandes, moins chères dans les appels d’offres.
    Alors je me dis que si les Américains n’étaient pas venus foutre la zone en Normandie en 1945, je n’aurais pas besoin d’un interprète pour suivre mes chantiers !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>