Vécu : J’ai osé demander une augmentation à mon boss, mais ça fait 10 ans qu’il y réfléchit.

femme

Diplômée d’une grande école, j’ai pris de plus en plus de responsabilité dans ma boîte. J’adorais ça : travailler le jour, la nuit, le week-end ! Mais mon boss ne venait jamais me proposer de m’augmenter. Mais quand j’ai découvert que le standardiste d’en bas, Sylvain, était payé mieux que moi, je me suis dit : “pourquoi pas moi ?”
Alors un jour, j’ai osé.

Mon boss a commencé à me dire “Vous voyez, moi, j’ai galéré… On ne peut pas tout avoir d’un coup. Ça risque de perturber votre équilibre psychologique si vous gagnez trop. Et puis, vous avez déjà une belle progression de salaire, puisque en 2005, vous gagniez 750 euros brut mensuels… et en 2006, 755 euros brut.”

Au bout de cinq ans, j’ai tenté d’aborder plus ou moins le sujet de la rémunération auprès de mon boss. Il m’a dit très gentiment : “Vous avez assez d’argent pour vous acheter des robes, non ? Donc tout va bien !”

L’année dernière, pendant le déj’, il m’a demandé pourquoi je ne déménageais pas dans un appartement plus grand, tout en me montrant les photos du sien. Je n’ai pas osé lui dire : “Il faudrait déjà que je gagne assez pour manger autre chose que du poisson pané Top Budget”. Alors j’ai dit : “oh, j’y pense, ce sera pour plus tard.” Puis j’ai fait un petit rire poli.

>> A lire aussi : J’ai décidé de ne pas avoir d’enfants mais c’est une décision mûrement réfléchie de mon mari

J’ai peur qu’il me prenne pour quelqu’un d’avide. Je ne pense pas que ce soit le cas car je suis très gentille et ça fait 10 ans que je suis rémunérée au SMIC en temps partiel alors que je fais 72H par semaine mais bon… J’ai l’espoir qu’il se décide un jour. En tout cas, une chose est sûre : je conseille à toutes les femmes d’oser demander une augmentation ! C’est une expérience formidable !

PLUS LOIN ET MOINS BIEN SUR LE WEB
1 Commentaire
  1. Vous ne pouvez pas ignorer que c’est votre frustration et l’envie de réussir qui font de vous un aussi bon élément.
    Si vous étiez payée à votre juste prix (cinq fois plus), vous deviendriez « juste rentable » et perdriez votre attitude prédatrice.
    En outre vos collègues perdraient un objet de dérision.
    Ce n’est quand même pas ça que vous voulez ?
    Alors, cessez de tortiller du cul et au boulot !
    (Dans la joie et la bonne humeur !)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>