Après un mois d’intense réflexion, Madame Gorafi a trouvé la solution au débat sur le voile

deux femmes voilées souriantes

30 jours. C’est ce qu’il aura fallu à la rédaction de Madame Gorafi, qui a reçu les experts en revêtement capillaire les plus in, pour enfin répondre aux enjeux sans cesse soulevés par le port du voile.

Jours 1 – 5 :
Après avoir détourné un peu d’argent de notre grande campagne de financement collaborative, nous avons investi dans un nouveau canapé qui accueillera nos participants les plus engagés :
– Le collectif T.I.S.S.U : pour un Tissage Ingénieux, Societal, Stylé et Utile
– Fred (qui est vraiment très beau. On l’aime beaucoup plus que l’auteur de Laïcité et pyjama : s’habiller après minuit.) de l’association V.O.I.L.E : Vivre Organisée et Indépendante pour la Liberté et l’Ethique
– David. Un journaliste plutôt drôle dont on voulait le numéro, qui nous a dit qu’il avait déjà vu une femme voilée.
La rédaction se met à préparer des petits cafés pour tout le monde.
Beaucoup critiquent le nouveau canapé, mais peu remettent en cause sa texture et son importance dans la suite du débat.

Jours 5 – 10 :
Ces longues journées de recherche sont épuisantes, mais extrêmement constructives. Au jour 10, nous apercevons, via une présentation powerpoint, une femme voilée. Tous les experts présents découvrent alors comment se porte le voile. “Ça a l’air différent d’une capuche” commente un chercheur de l’association Levons le voile sur le voile.

Jours 11- 19 :
Nous abordons désormais les questions d’interlignes de notre compte-rendu sur le voile, que l’on présentera bien sûr en format PDF. Devons-nous l’illustrer ? Si oui, pouvons-nous prendre des voiles à la mode sans passer pour des personnes qui soutiennent le voile, ou au contraire montrer des femmes sans voile sans passer pour des personnes qui sont contre le voile ? Comment faire ? Que faire ? Que manger ce soir ?

Jours 20 – 29 :
La polysémie du mot voile remet tout en cause. Sans faire de mauvais jeux de mots, il est nécessaire de se poser la question, fondamentale, des bateaux. Ces derniers ont besoin de voiles pour avancer : comme la société ???

Jour 30 !
C’est la fin de notre colloque sur le voile. Et nous avons réussi à répondre à un problème auquel la société française est confrontée !
LA solution était devant nos yeux depuis le début, attendant patiemment que quelqu’un daigne lui porter un peu d’attention. Fort, évident et enrobé d’une délicate odeur, ce camembert d’exception s’est imposé comme le point final à toutes nos interrogations.
Nous l’avons tous dégusté, et ensuite, plus personne n’avait rien à dire sur le voile !

Nous attendons maintenant impatiemment les retombées médiatiques de notre investigation. Pour patienter, nous allons nous occuper de régler le problème Israel / Palestine.

PLUS LOIN ET MOINS BIEN SUR LE WEB
3 Commentaires
  1. 30 jours à se voiler la face sur la question du voile, ça c’est du journalisme d’investigation! Bravo le Gorafi et merci d’avoir dévoilé votre secret.

  2. Merci pour votre étude à peine voilée sur le port (de pêche) de ce couvre-chef !

    Mais je suis en retard et il faut que je mette les voiles alors à +!!!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>