« Je n’ai jamais touché une couche de ma vie, mais je trouve que ma femme s’occupe mal de notre enfant » par Georges, le misogyne de notre rédaction

Homme Georges

Quand le petit Ryan est né, ça a été un des plus beaux jours de ma vie (avec la victoire de l’AS Monaco lors du championnat de France, en 2000, bien sûr). Il avait pris mes yeux noisette, mais aussi malheureusement le côté « boudiné » de ma femme. Je le trouvais quand même beau dans son genre (pas fou fou), mais je n’imaginais pas que s’occuper d’un enfant allait autant poser problème.

Disons-le tout net : le problème, c’est ma femme. Certaines femmes ne sont pas faites pour être mères, et j’ai l’impression pour le coup d’avoir tiré le gros lot (sans mauvais jeu de mots si vous voyez ce que je veux dire…).

D’abord, je n’apprécie pas sa façon de le nourrir de toutes sortes de compotes et de purées, comme si elle voulait en faire une petite chochotte, comme on en voit à la télé. Quand Ryan lui vomit dessus, par exemple, je trouve qu’elle exagère et qu’elle fait tout pour se faire remarquer. Mais il y a aussi sa façon de se plaindre en permanence, lorsqu’elle le change par exemple, et que je l’entends parler toute seule depuis l’autre pièce – car je ne supporte pas l’odeur de notre Ryan quand il se fait dessus. Personnellement, je n’ai jamais touché une couche de ma vie, mais je trouve que ma femme s’occupe mal de notre enfant.

>> Lire aussi : « Pour le 8 mars, j’ai offert des fleurs à ma femme, et elle n’est toujours pas contente » par Georges, le misogyne de la rédaction 

On atteint le pire lorsqu’elle l’infantilise et lui parle dans un langage de bébé. Ryan a maintenant un an et demi, et j’attends de lui qu’il s’exprime dans un français impeccable.

On me dira sûrement : « Ta femme fait les courses, l’habille, lui donne à manger, le change, le couche… Et toi, qu’est-ce que tu fais ? ». Ce à quoi je répondrais : est-ce qu’on est obligé d’être footballeur pour critiquer le football ? Non. Je ne suis pas « maman » mais j’ai le droit de donner une opinion sur son travail. Pour améliorer la situation, j’ai conseillé à ma femme d’aller faire une formation ou de regarder des vidéos sur Youtube pour qu’elle apprenne. C’était un premier avertissement. Et il n’y en aura pas de second.

PLUS LOIN ET MOINS BIEN SUR LE WEB
3 Commentaires
  1. Mais carrément !
    Je vois perso, ma meuf dès que mon gamin d’un an se fait mal ou tombe, elle va le plaindre et le consoler ! Mais n’importe quoi ! T’as déjà vu un joueur de rugby avec sa mère sur le terrain ?
    Par contre, pour se lever aussitôt la nuit quand il pleure et me réveille y a plus personne ! Obligé de lui mettre un coup de coude dans les côtes pour qu’elle se bouge enfin !
    Je vous le dit, c’est plus ce que c’était !

  2. Je suis sur que ta femme le fout devant des dessins animés. A quoi ça sert dans la vie ? A rien ! On a jamais résolu un problème au travail grâce à un « barbatruc » ou une transformation magique (Bien que j’aimerai bien que mes secrétaires se transforme façon Gigi on verrait leurs gougouttes, ça pourrait être sympa au bureau). Insiste bien la dessus pour le mettre déjà devant les cours de la bourse et BFM TV afin que le monde n’est plus de secret pour lui.
    Tu en ferra un champion. Tu as de la chance déjà d’avoir eut un garçon mais fait gaffe quand même.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags et attributs HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>